Alain SÚchasCamila Oliveira FaircloughMarc CouturierPhilippe DurandSylvie AuvrayVincent Olinet 17.6.2021 - 28.8.2021 Projects Un ÚtÚ franšais Ó Luxembourg

Works exhibited

About the exhibition

Née en 1974, Sylvie Auvray est diplômée de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier en 1993 et de la City & Guilds London Art School en 1996. Elle a récemment exposé à la Chinati Foundation, Marfa, Texas lors de sa résidence; au MAMVP, Paris ; au MAMCO, Genève ; FRAC Champagne Ardenne ; Consortium, Dijon; Dairy Art Center, Londres ; Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean, Mudam Luxembourg ; Centre Pompidou, Paris ; Centre d’art contemporain Circuit, Lausanne ; Palais de Tokyo, Paris. Récemment en résidence à la California State University, à Long Beach, elle a réalisé les grandes céramiques de l’exposition.


L’humour irrigue l’art d’Alain Séchas, depuis toujours, même ses peintures abstraites distillent une ironie «à bruits secrets», selon l’expression de Marcel Duchamp. Elles reflètent une perplexité originelle, s’interrogent sur leur existence. L’humour de Séchas réside essentiellement dans son trait synthétique, qui allie les qualités du dessin de presse, de la BD ou de la caricature. Un trait condensé et rapide, neutre et incisif. Son travail explore justement le dessin comme une projection à laquelle le spectateur n’échappe pas. D’un simple dessin sur papier à l’agrandissement en volumes mobiles de personnages à tête de chat, la dimension humoristique (parfois noire) et humaine est très présente dans son oeuvre.


Née en 1979 à Rio de Janeiro au Brésil, Camila Oliveira Fairclough vit et travaille à Paris. Son travail a récemment fait l’objet d’une exposition personnelle à l’ESAD à Amiens (2020) et elle a participé à l’exposition collective Points de Rencontres au Centre Pompidou à Paris (2019). À l’occasion de cette dernière, un catalogue a été publié sous la direction de Frédéric Paul. Elle a notamment exposé au FRAC Pays de la Loire (2020), au FRAC Nouvelle-Aquitaine (2020), au Musée d’art de la province de Hainaut en Belgique (2020), au FRAC Normandie-Rouen (2018), au Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean au Luxembourg, au CREDAC (2019), au MuCEM (2017) et au FRAC Ile-de-France (2016). Son travail est présent dans les collections du Centre Pompidou, du CNAP, ainsi que dans celles de plusieurs FRAC: Ile-de-France, Bretagne, Alsace, Normandie-Rouen.


Philippe Durand brouille les pistes, s’éloigne du lieu de prise de vue pour nous inviter à explorer ses photographies, à traverser les couleurs et les différentes impressions qu’a subi la pellicule. Le langage photographique de Philippe Durand se déploie à travers des figures «urbaines»; phares de voitures, jantes, passages piétons, enseignes, roues de scooters, toutes sortes d’éléments urbains auxquels se mêlent des sujets végétaux ou floraux dans des compositions aux cadrages désaxés, géométriques, superposés. Creuser dans ses photos, c’est remonter le cours de ces pérégrinations, strate par strate, à la manière d’un archéologue du présent.


Marc Couturier est né en 1946, il vit et travaille à Paris. Ses oeuvres sont présentes dans les grandes collections publiques et privées : Musée National d’Art Moderne – Centre Pompidou, Manufacture Nationale des Gobelins, Manufacture Nationale de Sèvres, Fonds National d’Art Contemporain, Fondation Cartier pour l’art contemporain, ainsi que dans plusieurs FRAC. Il a réalisé des vitraux pour l’église Saint-Léger à Oisilly (Côte-d’Or), une croix et gloire pour le choeur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, l’autel de l’église de Saint-Denis du Saint-Sacrement dans le Marais à Paris. Deux « Tremblements de ciel » monumentaux (ou lames) sont érigés à Tokyo et dans l’environnement du Centre Pompidou Metz.


Vincent Olinet s’approprie bien volontiers des outils et matériaux des artisans, s’amuse à copier leurs gestes (sans toutefois se soumettre aux contraintes techniques, esthétiques ou fonctionnelles), il s’approprie des formes simples et universelles qu’avec application et fantaisie il « re-fabrique ». Il crée du merveilleux, du féérique mais qui se révèle n’être fait que d’illusions, de faux-semblants et de vaines promesses… Un monde merveilleux de conte de fées en carton-pâte, de vie de château factice, de gâteaux d’anniversaire qui s’effondrent à l’infini… Après moi le déluge, Pas encore mon Histoire, Je ne peux pas faire de miracles, Il était deux fois… autant de titres évocateurs de travaux qui annoncent un récit mais dont la chute sera laissée au spectateur.

 

 

Alain Séchas

Cocktail A, 2020

160 x 140 cm

© photo: Yann Bohac

Subscribe

Ok
Unsubscribe