Nosbaum Reding Projects is a programme of guest-curated exhibitions showcasing young emerging artists from around the world.

Guest curators: Alberto Garcìa del Castillo, Agata Jastrząbek, Sophie Jung, Eglė Kulbokaitė

4, rue Wiltheim L-2733 Luxembourg
Tuesday-Saturday 11:00 - 18:00
projects@nosbaumreding.lu

  • Paul Kirps

  • Paul Kirps is an independent artist and graphic designer who works on commissions and personal projects in the field of art, illustration and visual communication.
    Often his projects are preceded by intense documentation whereby he photographs, salvages, compiles and collects images, signs and objects as a basis for the creation of formal data banks. Through his research he reappropriates popular imagery and elements from daily life in order to reinvent an iconographic poetic with new uses.
    Recent projects have focused on commissions related to the "Art in State Buildings" Program (Kunst am Bau). He collaborated with architectural studios to develop concepts for artistic installations in public buildings, providing relevant solutions to the needs of future residents and users.

    Paul Kirps' work is included in the collections of the Museum of Modern Art in New York, the Musée d'Art Moderne Grand-Duc Jean in Luxembourg, the Museum für Gestaltung in Zürich and the City of Luxembourg.

Paul Kirps

Telemark

17.5.2018 - 22.6.2018

La nouvelle exposition de Paul Kirps chez Nosbaum Reding Projects réunit une série d’œuvres récentes dans lesquelles l’artiste luxembourgeois multiplie les supports et les techniques : acrylique sur tapis de découpe, acrylique sur bois, acrylique et transfert de toner sur toile et encres pigmentées sur papier d’art de haute qualité. Comme dans ses séries précédentes, il utilise avec prédilection des matériaux industriels ou d’usage quotidien, dont il dégage l’essence poétique secrète par recomposition et détournement.

Les amateurs de sports d’hiver auront remarqué que le titre de l’exposition renvoie à la technique d’atterrissage du même nom employée en saut à ski, dont l’exécution, réussie ou non, entre dans la note de style finale attribuée aux compétiteurs. Inventé à la fin du XIXe siècle, le télémark a pour particularité un décalage horizontal des deux skis, qui doit augmenter la stabilité lors de la réception.

À y regarder de plus près, certains motifs géométriques de cette série peuvent en effet, par-delà leur abstraction, faire penser à la montagne. Leur lien avec l’alpinisme serait alors la préparation minutieuse et l’application que demande leur exécution, conditions indispensables pour évoluer dans un milieu âpre, voire hostile, qu’il s’agit d’apprivoiser par une maîtrise technique sans faille. Comment ne pas voir dans cette image un parallèle avec le travail de l’artiste, qui se signale par une grande précision et une technicité assumée, mises au service d’une recherche sans cesse renouvelée sur les formes et les objets qui nous entourent. L’art comme un saut dans le vide où il s’agit de ne pas rater son atterrissage.