Jens Wolf

15.1.2009 - 14.3.2009

Artist



Press Kit

Download Press Kit

Jens Wolf (*1967, D) se sert de l’imperfection à l’intérieur d’un système aspirant à la perfection. Cette perfection, c’est la géométrie abstraite. On y constate des petits défauts: des blessures marginales dans la perfection des surfaces et des bandes monochromes. Cette imperfection aide à considérer comme critique la modernité, celle qui, dans la première moitié du 20e siècle, s’orientait sur des idéaux absolus et ceci sans aucun questionnement. L’absolu est relativisé dans le travail de Jens Wolf sans pourtant le détruire. Ces défauts agissent comme des parenthèses décentes dans un système efficace et rationnel.

Le travail de Jens Wolf nous rappelle l’abstraction classique réalisée entre les années 20 et 50, celle dont le langage formel a reçu dans les dernières décennies une patine étrange. On s’en souvient comme des classiques du design qui nous ont affectueusement marqués par leurs services fidèles. Jens Wolf se rapproche du langage géométrique avec la plus haute précision et avec une même précision, il éparpille un certain nombre de défauts qui ont la même importance formelle que la structure dominante. Ces défauts, ces manques, ces contours abîmés parlent du doute que Jens Wolf implante sur la surface si parfaite de notre monde.

Ce mélange d’une géométrie rigoureuse et distante et leur manipulation très personnelle donne à Jens Wolf une position très singulière au sein du mouvement moderniste. Ses oeuvres sont montrées dans la collection de Daimler Contemporary à Berlin, mais le furent aussi dans une importante exposition de groupe réalisée en 2008 par Jan Hoet sur l’héritage de Max Bill au sein de la nouvelle génération. On y trouvait entre autres Christoph Haerle, Guillaume Leblon, Olaf Nicolai, Manfred Pernice, Riccardo Previdi, Bojan Sarcevic, Katja Strunz et Richard Wright.

À l’occasion de la troisième exposition personnelle de Jens Wolf à la galerie Nosbaum & Reding, le spectateur peut voir ses travaux réputés sur contreplaqué, mais aussi une toute nouvelle installation murale réalisée spécialement pour la première salle. Wolf y applique une grille géométrique en graphite dont certaines parties sont réalisées en étoffe ou en feuilles d’aluminium. Des grandes installations similaires ont déjà été faites par deux fois dans le passé: en 2005 au Centre d’art contemporain à Saint-Nazaire et en 2007 en tant qu’installation permanente dans le foyer d’une firme d’assurance à Cologne.