Lost Lights

04.3.2010 - 30.4.2010

Vernissage le jeudi 4 mars à 18h00, en présence de l’artiste

Artists

  • Eric Corne


Press Kit

Download Press Kit

La Galerie Nosbaum & Reding a le plaisir de vous inviter à l’exposition personnelle d’Eric Corne intitulée Lost Lights. Artiste vivant et travaillant à Paris, Eric Corne expose régulièrement en Europe depuis le milieu des a. ’90, ainsi dernièrement à la Galerie Patricia Dorfmann à Paris (solo) et à la Villa Merkel, Galerien der Stadt Esslingen am Neckar, dans l’exposition de groupe itinérante Family Jewels. Eric Corne est aussi commissaire d’exposition. Il a été le fondateur et directeur de 2001 à 2004 du Centre d’art contemporain le Plateau à Paris. Depuis 2003 il est commissaire d’expositions pour le compte de musées et d’institutions de renommée internationale (Museu Berardo, Lisboa; Museu de Arte de São Paulo Assis Chateaubriand, Sao Paulo; Institut Valencià Art Modern ; …). Par ailleurs il est l’auteur de nombreux textes et catalogues ; membre de jurys et interventions universitaires ; professeur à l’Ecole Nationale supérieure d’art de Bourges.

Pour sa première exposition à la Galerie, Eric Corne présente des peintures, dont certaines aux couleurs sombres, d’autres aux teintes vives et lumineuses, où se mêlent scènes de la vie courante et atmosphères étranges et menaçantes. À mi-chemin du rêve, l’univers d’Eric Corne offre malgré sa singularité de multiples lectures.

Muriel Enjalran dit:« Les peintures, films d’Eric Corne sont déterminés par deux dimensions à première vue antinomiques mais qui se rejoignent chez lui pour donner une grande densité et une force aux images qu’il compose. À la fois savante, extrêmement construite, cérébrale, faisant sans cesse référence à l’histoire de l’art, l’Histoire et la littérature (américaine surtout), sa peinture est également très physique dans l’explosion des couleurs, la générosité des textures : nous en faisons l’expérience.
Nous « lisons » ces images tout en les recevant dans une immédiateté, presque une urgence qui est celle de l’artiste. Ces tableaux aux récits entremêlés nous donnent matière à penser et à ressentir.
Il construit ses toiles comme des séquences cinématographiques, des arrêts sur image. Entre symbolisme et expressionnisme, sa peinture nous « crie » le monde en couleurs et signes. Violence et douceur se rejoignent au sein d’une même toile pour nous dire sa complexité : un indien donne ou se donne la mort dans des paysages de montagne symbolisant le peintre dans sa quête d’un Eden perdu ou dans sa conquête souvent violente de l’image. [...]. »
Densité du destin (extrait). Par Muriel Enjalran.

Eric Corne présente également son tout nouveau catalogue Lost Lights, édité par la Galerie, qui comporte des textes de Yannick Haenel et d’Olivier Kaeppelin.