Sharp Dull

15.9.2011 - 05.11.2011

Artist

  • Aline Bouvy / John Gillis


Press Kit

Download Press Kit

La Galerie Nosbaum & Reding est ravie de présenter Sharp Dull*, une nouvelle exposition personnelle du duo d’artistes Aline Bouvy / John Gillis, qui investiront les deux espaces de la galerie.

"Dans leurs peintures, sculptures et films d’animation, Aline Bouvy et John Gillis utilisent une méthode de collage et d’assemblage. Cette méthode, d’une grande variabilité technique et stylistique, se caractérise par une forte densité de stimulations visuelles et par voie de conséquence une sorte de profuse confusion. Nonobstant son caractère nerveux et électrique, leur travail semble renfermer un noyau spirituel, une transcendance qui procède du chaos.

Le travail et les procédés d’Aline Bouvy et John Gillis se signalent précisément par cette dissolution de l’ego. Leurs œuvres sont par excellence des escapades. Leur méthode est celle de l’intuition et de l’abandon (à l’insaisissable). Ce sont des célébrations, au sens rituel et archaïque du terme aussi bien que dans son acception décadente et futuriste : transcendance va ici de pair avec transgression. Ces célébrations s’apparentent à des conjurations du sort et des mauvais esprits, aux parages de la transe hypnotique. Figures hybrides prenant des poses obscènes, têtes grotesques ou sculptures fétiches peuplent une mythologie virtuelle." (Source: Michael Van den Abeele, exposition Bouvy/Gillis, Aporie de la peur, Etablissement d'en face projects, 2009)

Dans les peintures exposées à la Galerie, un espace sombre est illuminé par une source de lumière présente dans le tableau même, en l'occurrence des lampes fluorescentes. Ce que ces lampes éclairent varie, parfois ce sont des éléments hétéroclites et épars ne laissant prise à aucun récit, flottant en apesanteur, parfois il s'agit d'objets plus élaborés. Des jeux de métamorphoses ouvrent des espaces modifiables et transformables, où se croisent images, systèmes géométriques et réseaux organiques.

La préciosité de la peinture à l’huile et le considérable temps de travail confèrent aux toiles exposées une aura d’exclusivité fétichiste qui jure avec les regards désemparés et les visages névrotiques représentés. Le soin et la méticulosité technique éclatent sur fond de défaitisme et de dystopie. En dépit du prosaïsme des figures, les œuvres manifestent un caractère quasi archaïque.

Certains tableaux, par le traitement dramatique du clair-obscur et une composition allégorique, s'apparentent à des "vanités", dénuées cependant de toute morale. Ce qui intéresse Aline Bouvy / John Gillis dans ce travail c'est la charge de cette apparition faciale, fantomatique et dissipée, une présence humaine désincarnée, parfois mystique, parfois plus comique, voire même ridicule.

Le rappel insistant est celui des primitifs, attentifs à l’iconographie sociale comme à la magnification du corps, en l’occurrence confronté au vacuum d’une société de consommation, addictive, schizoïde, pornographique et soumise à la frayeur.


Aline Bouvy / John Gillis (nés respectivement en 1974 et 1972, de nationalité luxembourgeoise et belge, vivant tous les deux à Bruxelles) exposent pour la 3e fois à la Galerie Nosbaum & Reding. Ils ont exposé récemment en Belgique (Etablissements d’en face projects, La Chaussette, Komplot, Bruxelles), en France (Zoo Galerie, Nantes; Le Temple, Paris), au Royaume-Uni (IPS, Birmingham; Volume Projects, Londres), aux USA (Wendy Cooper Gallery, Chicago). Leur travail sera aussi prochainement visible au Casino Luxembourg, Forum d'Art contemporain, où aura lieu l'exposition collective "Found in Translation, Chapter L". Trois monographies portent sur leur travail: Politics of the Self, Koenig Books London (2005); Perry-ism, Revolver Verlag (2005); Peripatetics, vagabonds and other shapes, Revolver Publishing by VVV (2009).


*Sharp Dull est la traduction littérale anglaise du terme grec oxymoron, une figure de style qui vise à rapprocher deux termes que leurs sens devraient éloigner.