La fourmi, le vison et le buffle ou voir les morceaux manquants

08.3.2012 - 28.4.2012

Vernissage, le jeudi 8 mars à 18h en présence de l’artiste

Artist

  • Myriam Mechita


Press Kit

Download Press Kit

la fourmi, le vison et le buffle ou voir les morceaux manquants

par la présente, j'annonce que le temps de la mesure est fini, de l'extrême, du noir du blanc, de la violence, de l'état pur

par la présente je manifeste que je me force à tout comprendre, et je n'ai plus d'attention
je vomis sur ce monde comme je réingurgite sa réalité émerveillée et je rends par morceaux ce que je ne peux prendre en entier,
plus rien ne passe, et l'ampleur se déploie dans mon corps qui sombre sous le poids

je suis la fourmi, noire et brillante,
je suis le vison délicat et solitaire,
je suis le buffle indestructible et massif

ma vie est parfois devant et quelques fois derrière,
l'amour en chien de fusil,
je ne sors que de ça, les yeux bandés,
pas besoin de voir,
pas besoin d'entendre,
pas besoin de sentir

le temps du silence a commencé,
le silence plus fort que le bruit

le royaume de la moindre chose m'envahit,
plus rien n'a d'importance sauf l'avancée
je suis trempée de peine et j'annonce par la présente que je suis réveillée
par la présente le Manifeste du Silence est annoncé.


Myriam Mechita
2012


 


La Galerie Nosbaum & Reding est ravie de présenter une nouvelle exposition personnelle de Myriam Mechita (née en 1974 à Strasbourg, vit à Berlin).

À l’occasion de sa troisième exposition à la galerie, le spectateur pourra voir une installation, «la chambre des mystères », composée de tables enchevêtrées, de chevreuils décapités, d'os en aluminium, d’un chevreuil perlé, que l’artiste avait présentée lors d’une exposition à Bloomberg Space à Londres en 2011. Cette installation crée un semblant de chaos, cristallisé où l'espace de projection que constitue la table se trouve, percé, cassé, impraticable. Une architecture instable.

Sur un mur sont montrés trente dessins à dominante couleur rouge, de moyen format, qui représente un mur d'humeur, avec des images à la fois énigmatiques et très simples, regroupant des images d'actualités recadrées, des images de l'histoire de l'art, des autoportraits, des maisons d’architectes célèbres, …

Myriam Mechita montre aussi un ensemble de céramiques sur tables - qui fonctionnent comme les dessins rouges - des formes qui s'engendrent les unes les autres, sans limites, dans un rapport très brutal.

Trois dessins de grand format, représentant trois rêves distincts, "la maladie d'amour", "le mystère des dupes", "retournons sur nos pas", fonctionnent comme des collages graphiques et présentent des visuels d'éléments qui sont apparus dans un rêve … amour, violence, espace.

Il y a d’autres céramiques, comme des tas de boue, d'où sortent des formes, des bouts de bois, des animaux, un buste ; une installation présentant un ensemble de verres, bouteilles, carafes, saladiers, bols en verre transparent, comme un dessin fantôme d'objets, où les amas composent une nature morte sans limites ni mesures, des oiseaux en résine s'y perdent, des os en résine également semblent sortir de la glace.

Myriam Mechita fait régulièrement des résidences d’artistes, ainsi en 2011 à Triangle Studio à New York, à la Manufacture de Sèvres en 2009, 2010 et 2012, à l’URDLA Centre international des estampes et livres à Villeurbanne, ... Son travail est montré dans des expositions personnelles et collectives, en Europe et aux USA. Depuis les dix dernières années, Myriam Mechita a présenté d´importantes expositions dans des institutions et centres d’art entre autres Cité de la Céramique à Sèvres ; Le Parvis à Tarbes ; Bloomberg Space à Londres ; Micro Onde à Vélizy ; FRAC Basse-Normandie ; FRAC Midi-Pyrénées / Les Abattoirs ; La Galerie à Noisy-le-Sec ; Musée des Beaux-Arts de Gray ; Centre d’art de Saint-Cyprien. Les oeuvres de Myriam Mechita sont présentes dans de nombreuses collections privées et publiques.