Jean-Luc Moerman

04.5.2017 - 10.6.2017

Les caractéristiques, qui imposent au travail de Jean-Luc Moerman la continuité formelle et esthétique, sont intrinsèquement liées au propos du travail de l’artiste. Les modulations organiques du dessin, recouvrant ainsi tous ses sujets, parlent principalement de deux choses :


l’action comme seul moyen pour regarder, analyser ou maîtriser la réalité devenue complexe, structurée en des couches multiples, où les limites entre les vérités et les illusions semblent inexistantes. Jean-Luc Moerman y impose sa trame, un filet de formes organiques ancestrales, liant ainsi les mondes dans un univers où tout est remis à plat, libéré et ouvert ;
l’existence d’une logique, d’une structure ou d’une cellule primaire (appelons-le comme nous voulons) qui, au-delà de tout regard, fait apparaître un souhait d’unité, d’osmose des différents mondes et vérités – origines de toutes les turbulences. Elle reflète aussi bien une volonté de lien générationnel, que sa propre dynamique, une vitalité intemporelle et unificatrice.


Jean-Luc Moerman (né en 1967 à Bruxelles, vit et travaille à Bruxelles) a eu de nombreuses expositions personnelles et collectives aux niveaux européen et international (dont B.P.S.22, espace de création contemporaine de la Province de Hainaut, Charleroi ; La Maison Rouge, Paris ; Musée d’Ixelles, Bruxelles ; Maison Particulière, Bruxelles ; Busan Biennale ; Mudam Luxembourg ; …). Il fait régulièrement des interventions artistiques in situ. Ses œuvres se trouvent dans d’importantes collections privées et publiques en Europe et au Japon. Des catalogues ont été publiés sur le travail de l’artiste.