Luis Urculo 17.11.2016 - 07.1.2017 Projects L'état des choses

About the exhibition

Travaux pratiques

Observer la rue, de temps en temps, peut-être avec un souci un peu systématique.
S'appliquer. Prendre son temps.


Noter

le lieu : la terrasse d'un café près du carrefour Bac Saint-Germain
l'heure : sept heures du soir

la date : 15 mai 1973
le temps : beau fixe

Noter ce que l'on voit.[...]. Il faut y aller plus doucement, presque bêtement. Se forcer à écrire ce qui n'a pas d'intérêt, ce qui est le plus évident, le plus commun, le plus terne.

Georges Perec, Espèces d'espaces, Ed. Galilée, Paris, 1974, p. 70

 

Habiter l?inhabituel: cette formule de Paul Virilio pourrait définir le propos de Luis Urculo (Madrid, 1978). Urculo s?interroge sur les relations dialectiques qu?entretiennent l?objet, le temps et l?espace qui l?entourent, la trajectoire et la trace. Il s?agit de saisir ce qui n?est pas, à priori, remarquable, de questionner ce qui semble tellement aller de soi et dont nous avons oublié l?origine.

A travers l?inventaire naïf, étonné, de la réalité, l?artiste nous invite à une nécessaire relativisation du savoir sur le monde. Les gestes, les bruits, les déplacements du mobilier, les chiffres qui cachent une mathématique du réel... l?environnement assimilé par habitude, par saturation, devient une opération complexe que l?oeuvre décompose, met à plat, non pour le rendre absurde mais pour rendre, au spectateur, sa liberté.

Chez Deleuze on constate que la lecture ou la description d?une réalité est une chose qui doit être construite, dessinée, comme un procédé à partir du sujet, ou bien un travail à effectuer, à esquisser.... Le travail de Urculo est exploré à l?instar d?une étude scientifique, ou anthropologique. Néanmoins, le travail est clairement subjectif, c?est la description construite de la réalité. Ainsi, ses buts sont purements poétiques.

À la frontière de l?art, de l?architecture, de la sculpture et du design, les oeuvres de Luis Urculo oscillent entre la maquette, la forme et l?objet. La dimension de masse apportée aux objets empruntés dans notre quotidien (ardoise, verre) confèrent une ambiguïté à la structure, la forme, l?objet ou le volume. Par là même, elles cherchent à se rapprocher d?une autre vérité, qui inclut des informations précises, en introduisant un processus d?observation qui questionne clairement une perception. Il déporte ainsi l?objectivité des données vers un processus esthétique dont l?objet décrit dépasse le stade du référentiel pour devenir substance même du projet ; en définitive, la démarche de Luis Urculo met à l?épreuve le ?préjugé du monde objectif? largement débattu par la phénoménologie et son propos valide l?idée selon laquelle nous sommes du monde plutôt que dans le monde.

Carmen del Valle

Subscribe

Ok
Unsubscribe